Les Centres sociaux ne veulent plus de bouts de ficelle pour faire du lien social

31/01/2024
Mobilisation Fédération des centres sociaux

La fédération des Centres sociaux, rejointe par les MJC, organisent rencontres, happening et manifestations le mercredi 31 janvier pour alerter leurs partenaires et les citoyens sur l’impossible équation de leur mission, entre hausse des besoins sociaux et baisse des moyens alloués.

Point de rupture

Le mercredi 31 janvier, les adhérents, usagers et salariés des Centres sociaux se mobilisent partout en France. Il y aura des manifestations comme à Lille ou La Rochelle, des flashmob et des batucadas sur d’autres places, des banderoles accrochées aux façades pour alerter élus et citoyens sur la profonde crise de modèle que connaissent ces lieux d’éducation populaire et de lien social. « Depuis des années, les centre sociaux doivent faire avec des bouts de ficelle alors qu’ils sont reconnus pour leur bonne gestion, s’alarme Hugo Barthalay, délégué général de la Fédération des centres sociaux. Cette mobilisation du 31 janvier dit que nous arrivons à un point de rupture qui met en tension les équipes et qui a un impact sur les actions menées sur les territoires. »

Que se passe-t-il exactement ?

Trois phénomènes se croisent aujourd’hui et produisent ce point de rupture. Le premier est installé depuis plus années : les moyens alloués par les financeurs et notamment les collectivité locales (40 à 60 % des budgets) stagnent. « La branche famille des Caisses d’allocation familial a pris sa part à partir de 2024 en augmentant de 3 % ses prestations, mais c’est insuffisant quand on sait qu’elle contribue pour 30 % du budget des centres sociaux. », détaille Hugo Barthalay. Le reste étant amené par des fondations, des fonds européens et les usagers.

Cette stagnation est aggravée par deux facteurs : d’une part l’inflation qui pèse sur les coûts des centres sociaux (hausse de l’énergie, revalorisation salariale sans contribution supplémentaire des financeurs) et sur la vie des habitants. D'autre part les besoins sociaux augmentent, il faudrait donc développer les activités, mais en face, les moyens ne sont pas au rendez-vous. Et un Centre social n’est pas conçu pour générer des revenus d’activité à proprement dits.

Pacte des solidarités

Et pourtant… l’apport des centres sociaux est reconnu. Au moment des confinements leur rôle de maintien du lien social pour des personnes précarisées, isolées a été fondamental. Organiser du soutien scolaire à distance, éviter l’isolement, créer des circuits d’approvisionnement alimentaire solidaires… Les centres avaient d’ailleurs pu rouvrir dès le terme du premier confinement, contrairement à la plupart des établissements recevant du public.

Les politiques publiques reconnaissent leur rôle en les incluant dans leurs politiques telles que le Pacte des solidarités. Mais faute de moyens suffisants, les centre sociaux font face à des arbitrages cruels : « des centres sont contraints de réduire leur périmètre d’intervention, parfois même de supprimer des secteurs d’activité », regrette le délégué général.

Toute l’éducation populaire souffre

Les Centres sociaux associatifs expriment un malaise grandissant dans tout le secteur de l’éducation populaire. Hexopée, le syndicat employeur qui couvre, globalement, ce secteur (animation, sport, tourisme social et familial, logement accompagné…) vient de publier son baromètre annuel qui confirme la dégradation de la situation par rapport à 2022. Selon Hexopée : « les soutiens publics (hors inflation) par les partenaires s'érodent, 29% des financeurs ayant réduit leur apport (déjà 20% en 2022, 25% en 2021). Pour 30% des structures, l'exécution du budget s’est révélée nettement plus dégradée que leurs prévisions, notamment liée à l’inflation (28%) et aux hausses des rémunérations des salariés (35%). » Un petit tiers des structures affichent une trésorerie de trois, un autre tiers se donne une visibilité de six mois.

La Fédération des Maisons de la Jeunesse et de la Culture (MJC) s’est jointe, par un communiqué à l’appel des centre sociaux qui, au-delà du 31 janvier, donne déjà un autre rendez-vous en mars pour prolonger la mobilisation.

 

Les actualités de l’économie sociale et solidaire à portée de main !

Vous souhaitez être informés en temps réel des actualités du secteur de l’ESS ?
Suivez Ness sur les réseaux sociaux :

 

Sur le même sujet

ESS France Congrès consultation
12/04/2024

ESS France consulte en amont du Congrès

ESS France appelle tout un chacun à répondre à une grande consultation en ligne qui servira à nourrir et partager...
Benoît Hamon président d'ESS France
11/04/2024

Benoît Hamon est élu président d'ESS France

C'est à l'occasion d'un vote à bulletin secret que le Conseil d'administration de la Chambre française de l'ESS a élu...
Baromètre qualité de vie au travail dans l'ESS Enquête Flash Santé mentale dans l'ESS : où en êtes-vous ? Merci ! logos Harmonie Mutuelle et Harmonie Mutuelle ESS
08/04/2024

Enquête flash « Santé mentale au travail dans l’ESS : où en êtes-vous ? » : merci de votre participation !

Salarié.e.s et dirigeant.e.s de l’ESS, vous avez été près de 3400 à participer à notre enquête flash « Santé mentale...
Métiers de l'humain
18/03/2024

Associations de la solidarité et de la santé sonnent l'alarme

Lancée le 4 mars, une pétition de l'Uniopss "pour un accompagnement digne" a recueilli plus de 17 000 signatures pour...
Baromètre qualité de vie au travail dans l'ESS Enquête Flash
12/03/2024

Santé mentale dans l’ESS : où en êtes-vous ?

Vous êtes salarié ou dirigeant de l’économie sociale et solidaire ? Partagez du 18 mars au 7 avril, votre ressenti...
Le Mouvement associatif Claire Thoury
07/03/2024

Les associations refusent d'être présumées coupables

Deux ans après l'entrée en vigueur du contrat d'engagement républicain, le Mouvement associatif dénonce de nouvelles atteintes à la liberté...